100 jours de grève de la faim pour Oleg Sentsov : le PEN enrage

imprimer

La grève de la faim du cinéaste et auteur ukrainien Oleg Sentsov vient de franchir la barre des 100 jours. Elle l’a par ailleurs beaucoup affaibli, et les organisations internationales de défense de la liberté d’expression s’inquiètent chaque jour pour sa santé et sa survie. Le PEN Club français, engagé dans la défense des auteurs et de leur liberté, publie un communiqué de presse à l’attention des responsables politiques.

Oleg Sentsov (Antonymon, CC BY SA 4.0)

 

Le 21 août 2018,

Nous enrageons ! Le PEN Club français demande la libération immédiate d’Oleg Sentsov

100 jours ! 100 jours qu’Oleg Sentsov met, par une grève de la faim, son intégrité physique dans la balance pour lutter contre le terrorisme d’État qui s’abat sur lui et ses confrères. 100 jours que la santé d’Oleg se dégrade, 100 jours que sa vie est de plus en plus menacée. Or, rien ne bouge, le pouvoir russe ne semble pas tenir compte du mouvement mondial de protestation, Vladimir Poutine se mure dans un cynisme mortifère. 

Le PEN Club français, comme de nombreux organismes, comme des cinéastes, des écrivains, des artistes ou tout simplement des personnes engagées dans la lutte contre le despotisme des dictatures du monde, organisent aujourd’hui de multiples actions en faveur de Sentsov. II est temps que les responsables russes comprennent enfin que non seulement la vie d’un homme est en danger, mais aussi ce qui leur reste d’honneur. 

Nous enrageons ! Dans une cellule quelque part en Russie croupit un homme condamné, à la suite d’un procès d’opérette, à vingt ans de prison. II n’est pas le seul, mais le plus emblématique. Des dizaines, peut-être des centaines d’autres prisonniers souffrent comme lui. Et les puissants du monde continuent à se mettre à genoux devant le responsable de cette situation, devant Vladimir Poutine. 

Nous enrageons ! 100 jours ! 100 jours qu’Oleg Sentsov est réduit à risquer sa santé pour mettre en lumière les conditions inhumaines de sa détention. 100 jours que rien ne se passe. 100 jours de souffrance et de lutte. Mais nous n’abandonnons pas. Oleg, nous sommes fiers de toi, nous t’accompagnons dans ton combat.

Le PEN Club français, associé a des très nombreux centres PEN internationaux, appelle encore une fois à mettre fin a cette situation inhumaine et à libérer enfin Oleg Sentsov et tout autre prisonnier détenu pour avoir défendu ce qui nous est le plus cher : la liberté d’expression.

Vive la liberté !

PEN Club français

Source

Un nouveau livre d'Anna Gavalda adapté au cinéma
ComicCon Paris : Mahmud Asrar, président du prix Jeunes Talents Comics