4 livres pour découvrir le reggae, reconnu patrimoine culturel de l’humanité

Scribadour.com

imprimer

Consécration : cette semaine, l’UNESCO vient de donner au reggae ses lettres de noblesse et une reconnaissance internationale. Cette musique, née dans les années 60 en Jamaïque, sa popularité fut portée par la figure de Bob Marley, devenue l’icône de ce chant de paix et de révolte mêlées.

 

Le reggae et son pendant politique, autant que philosophique, le mouvement rasta, sont indissociables. Parti de la Jamaïque, dans les années 30, il vient de « ras [signifiant tête, NdR] Tafari Mekonnen couronné en 1930 negusse negest d’Éthiopie, lion conquérant de la tribu de Juda sous le nom d’Haïlé Sélassié Ier », indique Wikipedia.

L’empereur éthiopien Haïlé Sélassié 1er, né en 1982, se rendit en Jamaïque en 1966, mais jamais ne se revendiqua rastafarien – il tentait plutôt de les ramener vers le christianisme orthodoxe dont il était fidèle.

Mais le mouvement demeure, poussé par l’idée d’un retour vers l’Afrique, appelé Repatriation, où les descendants d’esclaves rêvent alors de retrouver leurs racines. 

La popularité du reggae dans ce contexte ne pouvait venir que de l’île caribéenne. Olivia Grange, ministre de la Culture de Jamaïque, le souligne : « Le reggae est exclusivement jamaïcain. C’est une musique que nous avons créée qui a pénétré partout dans le monde. » Et il est désormais reconnu au patrimoine culturel de l’humanité. 

Pour découvrir plus spécifiquement cette culture, voici cinq ouvrages indispensables, en tant que références sur le sujet, liste établie par la rédaction.

Paz de Jah
Bruno Barreto, CC BY 2.0

Bob Marley, de Stephen Davis, une biographie de référence sur le chanteur (sorti en 1983, réédité chez Points en 2004). « Il replace Bob Marley dans sa généalogie, dans son cadre de vie : la pulsation rythmique de l’île, son violent climat politique, sa dimension mystique. »

Aux sources du reggae : musique, société et politique en Jamaïque, de Denis Constant (publié en 1982, réédité en 2000 chez Parenthèse éditions). Une excellente base pour découvrir le genre musical, ses inspirations et ses sources. 

Le Négus, de Ryszard Kapuscinski (réédité chez Flammarion en 2011). Un ouvrage qui balaye l’histoire de l’Ethiopie, alors qu’en 1975, le pays est exsangue. On y brosse le portrait du rastafarisme et de l’empereur, figure adulée et contestée.

Tiken Jah Fakoly — L’Afrique ne pleure plus, elle parle, de Frédérique Briard. Sortir récemment aux Arènes (2008), cet ouvrage dépasse un peu la notion de reggae, puisqu’il s’agit déjà d’un héritier, explorant le monde musical et politique, post Bob Marley.

Source

Les données de 500 millions de clients des hôtels Marriott dérobées
Benito Cereno d'Herman Melville, revisité en une série de science-fiction