Annette Kellerman, histoire de la sirène inventrice du maillot de bain

Intro

Carte postale des années 1900 montrant la nageuse Annette Kellerman en position allongée - source : WikiCommons

Superstar de son temps, surnommée « la femme parfaite », la nageuse australienne Annette Kellerman est surtout celle qui a libéré les femmes des inénarrables « costumes de bain » en inventant le maillot – qui leur permettrait désormais de nager sans entrave.

En 1905, Annette Kellerman a 19 ans lorsqu’elle tente la en compagnie de quatre nageurs. Ce n’est pas la première fois que des sportifs se lancent ce défi et beaucoup avant elle n’ont pas résisté aux 31 km dans une eau froide et traversée par de forts courants.

« Elle avait calculé son entreprise aussi méthodiquement que ferait un général à la veille d’une grande bataille. Son plan consistait à se porter aussi rapidement que possible sur les South Sands Light Ships (les bateaux phares ancrés sur les fameux bancs du même nom), en s’aidant de la marée descendante.

La première partie du programme fut brillamment exécutée : en douze heures, la gracieuse Australienne atteignait ce “point mort” où elle comptait attendre la marée suivante, qui la pousserait vers les côtes françaises et lui permettrait de gagner les abords du cap Gris-nez.

Malheureusement, ce plan fut déjoué par une brusque saute de vent, qui soulevait des vagues courtes et arrêtait son élan. Ses forces s’épuisèrent vite en des efforts stériles. Prise de nausées, en proie au mal de mer, elle dut renoncer à l’entreprise. »

 La jeune femme est contrainte à l’abandon, comme les autres nageurs de cette aventure. Précision : si les hommes ont le droit de s’élancer nus dans cette traversée, Annette Kellerman est contrainte de porter une combinaison faite d’un pantalon cousu avec une chemise, ce qui ne facilite pas ses mouvements.

Forte de son expérience, elle décide de bricoler un premier maillot de bain à partir de sous-vêtements féminins, moulant et sans manches, qui lui permet d’évoluer beaucoup plus aisément dans l’eau. Évidemment c’est un scandale car l’époque n’est pas encore à l’exposition des corps.

Elle est même arrêtée en 1907 à Boston pour « indécence ». Elle est cependant relaxée par le juge qui prend en compte les arguments sportifs de la jeune femme et les nageuses sont autorisées à enfiler un maillot, à condition cependant qu’elles portent une robe avant d’entrer dans l’eau.

Profitant de cette forme d’entre-deux juridique, Annette lance alors sa première ligne de maillots de bain, qui permettent aux femmes – de plus en plus nombreuses à vouloir nager – d’évoluer librement dans l’eau. La popularité de ce nouveau vêtement et de son inventrice est telle qu’on l’appelle « le Kellerman ».

Habillé de ce maillot, Annette Kellerman multiplie les courses et se lance dans les spectacles aquatiques. En 1913, cette amoureuse de Paris se produit à l’Alhambra.

« Nouveau spectacle veut dire nouveau succès et naturellement celui provoqué par l’annonce d’Annette Kellermann “la femme parfaite” est aussi complet que la gracieuse plongeuse pouvait le désirer.

Annette Kellermann se présente d’abord dans une suite de danses fort plaisantes et entourée d’un essaim d’enfants, jeunes et jolies danseuses ; puis elle nous fait assister à une série de plongeons savants et, si drôle que cela puisse paraître, disons tout à fait artistiques. Une grande piscine, installée à cet effet sur la scène, montre de quels moyens peut disposer l’Alhambra. »

Sommaire