Bibliothèque LSD, parkings à livres, Mein Kampf : le Graal du livre (vol.7)

Scribadour.com

imprimer

Le samedi, c’est tout permis. Alors chaque sabbatique début de week-end, la rédaction vous concocte l’inimaginable best-of de la semaine. Grotesque, Ridicule, Absurde, Aberrant, Loufoque, le GRAAL fait souffler un vent de liberté inédite. Et n’hésitez pas à nous signaler des liens directement à l’adresse contact@actualitte.com !

Garfield vs. Bill The Cat (152/365)
JD Hancock, CC BY 2.0
 

L’hybris et la führer

Depuis janvier 2016, le livre est entré dans le domaine public. Et voilà trois jours maintenant que Mein Kampf est disponible dans une réédition assurée par la maison Prometheus. Le manifeste d’Adolf Hitler, expression de son antisémitisme profond, est ainsi traduit en néerlandais pour la première fois officiellement, et vendu en Flandre et aux Pays-Bas.

L’éditeur assure que son projet est de lutter contre les versions fallacieuses du circulent sur la toile. Pour ce faire, il a pris soin de faire paraître une version avec un contexte historique, des annotations, pour « réfuter les mythes et mensonges relatés ».

Dont acte. (via Sudinfo.be, merci Erwin)

Des livres dans les parkings
 

Le livre sur la Place donne à Nancy des airs de fête littéraire, durant tout le week-end. Et une démonstration de solidarité se met en place, à laquelle participent Véolia – société qui œuvre dans la gestion du cycle de l’eau, celle de l’énergie ainsi que la valorisation des déchets – Indigo, entreprise de stationnement, et la Banque alimentaire : une collecte de livres.

Ainsi, dans cinq parkings de la ville, est lancée pour toute la durée de la manifestation une opération de récupération des ouvrages. « [C]e beau projet bénéficiera aux associations de Nancy et du Grand Nancy qui favorisent un accès à la culture pour tous et l’accès au livre et à la lecture dans les quartiers défavorisés. »

Alors, donnez. (via Le livre sur la place)

75 ans après, le LSD, c’est de la bombe de Bâle

C’est à un chimiste suisse qu’Aldous Huxley, Hunter S. Thompson et bien d’autres doivent tout… En effet, Albert Hofmann inventa le 16 avril 1943, et alors qu’il travaillait sur un champignon nommé ergo de seigle… le LSD. Ni plus ni moins. 

La bibliothèque nationale suisse a décidé de revenir, 75 ans après la découverte faite à Bâle sur cette « modification fondamentale de l’expérience de la réalité ». Une exposition est ainsi consacrée au LSD, son histoire, son influence sur les arts – musique, littérature, notamment.  

Mais non, pas d’échantillon gratuit en libre distribution. Petits malins… (via BNS)

Retrouver le GRAAL du livre

Source

Les livres de la rentrée littéraire à lire, selon les auteurs qui la font
“L’entraide, l’autre loi de la jungle”, Prix du Livre Environnement 2018