Cause du décès ? Lecture de livres empoisonnés

Cause du décès ? Lecture de livres empoisonnés

imprimer

La lecture n’est pas une activité de tout repos à la bibliothèque de l’université du Danemark du Sud. Durant leurs recherches, Jakob Povl Holck et Kaare Lund Rasmussen y ont découvert par hasard 3 livres empoisonnés. Alors quand la fiction rejoint la réalité, ils racontent leur cheminement et font part de leur hypothèse. Mais qui veut la peau des lecteurs ? 

poison
mbeo, CC, BY NC ND 2.0

L’intrigue concerne trois rares volumes reliés datant des 16 et 17es siècles appartenant aux collections de la bibliothèque de l’Université. Après avoir découvert que des fragments de manuscrits médiévaux plus rares et plus anciens encore que lesdits livres étaient dissimulés dans les couvertures, l’établissement souhaitait les déchiffrer. Pour cela, direction le laboratoire.

Après tout, il n’était pas rare à l’époque de recycler les parchemins pour relier d’autres ouvrages. C’est donc à la recherche de copies de droit romain et de loi canonique que les ouvrages historiques sont envoyés en radiologie. Passés au crible grâce à la technologie Micro-XRF qui permet d’identifier et de faire apparaître les composants chimiques, ce ne sont pas des textes latins qu’ils ont découverts, mais de grandes concentrations d’arsenic.

Entre Hildegarde de Bingen et Cagliostro,
l’énigme du cabinet des poisons

En effet, malgré la technologie employée, les textes restaient difficilement déchiffrables, et ce à cause d’une épaisse couche de peinture verte recouvrant les lettres manuscrites. L’analyse XRF révélera que la couche de pigment est en fait composé d’arsenic. C’est l’élément chimique parmi les plus toxiques au monde, dont l’exposition peut entraîner divers symptômes d’empoisonnement, le développement de cancers et même la mort.

Les deux chercheurs pensent que le pigment vert contenant de l’arsenic sur les couvertures est le vert de Paris, également connu sous le nom de « vert émeraude », en raison de ses nuances vertes similaires à celle de la pierre précieuse. Le pigment d’arsenic, facile à fabriquer, fut couramment utilisé en particulier au 19e siècle après que sa production industrielle du vert de Paris ait été initiée en Europe.

Jane Austen empoisonnée à l’arsenic :
vous reprendrez du pudding ?

 

« Dans le cas de nos livres, le pigment n’a pas été utilisé à des fins esthétiques, constituant un niveau inférieur de la couverture. Une explication plausible de l’utilisation du vert de Paris sur les vieux livres pourrait être de les protéger contre les insectes et la vermine, » expliquent-ils sur le site The Conversation.

La toxicité de l’arsenic ne diminuant pas avec le temps, la bibliothèque stocke dorénavant les trois volumes vénéneux dans des boîtes sécurisées par des étiquettes, le tout placé dans une armoire ventilée. Il est également prévu de les numériser pour réduire au maximum la manipulation physique.

Source: cliquez ici pour lire l’article

Plein les poches : famille(s) de merde ! – famille quand même
L'ordinateur de José Saramago dévoile un journal inédit posthume

Voir aussi

Partager sur: