Collants littéraires : une lecture en réponse aux frimas de l’hiver

Il Fullxfull.1652770462 W9gs 1

Scribadour.com

imprimer

L’hiver est installé, pour celles qui n’ont pas le bonheur d’avoir une cheminée à disposition, pour lire au chaud, il reste toujours l’option collants. Avec une note de littérature tout de même. Et pour ce faire, rien de mieux que de chercher sur internet de quoi se vêtir délicatement — mais au fait, messieurs : bas ou collants ?


Lolita de Nabokov…
 

Si vous êtes romantique ou un peu extravagante, alors ces tissus sont faits pour vous. Et quand bien même, ils pourraient servir de cadeau original pour l’année à venir. 

Premier petit coup d’œil, c’est un créateur d’origine israélienne, Dega, qui propose sur sa boutique MyTightsShop, une véritable bibliothèque d’œuvres. Sur les collants qui sont commercialisés, on retrouve des extraits d’Oscar Wilde, Edgar Allan Poe, Jane Austen, Antoine De Saint Exupéry ou encore Lewis Carrol.

Au menu : Peter Pan, Alice au Pays des merveilles, et bien d’autres, pour 22 € la paire et 7 € de frais d’expédition. La jeune femme derrière ce concept a également posé une option pour personnaliser ses collants, qui coûtent 32 € de base.

Depuis 2016 que la boutique a été ouverte, le succès fut immédiat avec plus de 2000 pièces vendues dans le monde entier en l’espace de quelque temps. Depuis, L’oiseau moqueur, Mary Poppins, Virginia Woolf et bien d’autres thèmes ont été ajoutés. La boutique d’Helena a été refaite récemment, et on peut la retrouver ici.

 
Game of Thrones et Virginia Woolf

Mais bien avant, Natali Cohen, qui vit également en Israël, s’était lancé dans une commercialisation de collants littéraires. Depuis 2012, sa boutique Coline Design propose plus de 220 modèles avec une large inspiration — très, très large — littéraire.

Elle verse même dans les collants découlant de personnages de comics, comme Poison Ivy ou Harley Quinn, issues de l’univers de Batman. 

Mais on y retrouve aussi des versions avec des poèmes russes ou encore Le Corbeau de Poe ou des extraits de Sherlock Holmes et même Emily Dickinson. D’autres sont plus musicaux, avec des portées ou des notes, etc. 

Source

Pink Floyd fait voir à Houellebecq des vaches qui n'existent pas
“N'oublie jamais”, de Nicholas Sparks, en comédie musicale à Broadway