De Led Zeppelin aux Beatles, l’influence du Seigneur des Anneaux

Scribadour.com

imprimer

Si l’on reconnaît aisément au Mordor des qualités idéales pour susciter une brutalité lyrique, alors, difficile de dissocier les musiques comme le metal de l’oeuvre de Tolkien. Porte ouverte, presque évidence : l’univers du Seigneur des Anneaux a su transporter bien des métaleux et des rockeux. Même des groupes qui ont pu chercher à s’en éloigner !

Qu’ils s’appellent Led Zeppelin, dont les premières références à l’oeuvre de Tolkien se retrouvent dès 1968, dans la chanson Ramble On. Cette dernière s’inspire des périlleuses journées que les Hobbit s’apprêtent à vivre, pour les comparer à la propre vie du groupe. 

Et pour certains, les paroles de la chanson paraphraseraient presque un poème écrit par Tolkien lui-même, Nemea. Mais bien entendu, tout s’éclaire quand, dans la chanson elle-même, Jimmy Page fait deux références directes :
 

‘T was in the darkest depths of Mordor
I met a girl so fair
But Gollum, and the evil one 
Crept up and slipped away with her
Her, her, yeah
Ain’t nothing I can do, no

Implacable.
 

 

Or, à plusieurs reprises, Led Zep s’est amusé de ce parallèle établi entre la recherche de l’amour à travers les routes et la quête pour l’Anneau… En 1973, la chanson Over the Hills and Far Away fait écho à un autre poème de Tolkien, intitulé Over Old Hills and Far Away.
 

Cette fois, c’est Robert Plant qui décrit une journée épique en recherche d’amour. Des années plus tard, il avouera d’ailleurs : « Quand j’ai lu ces livres, ils se sont, en quelque sorte dissous en moi. » Il a même fini par appeler son chien Strider, en allusion à l’un des personnages de la saga. Il s’agit d’Aragorn II, ou Grand-Pas dans la première traduction française. 
 

Et leur discographie ne manque pas de multiplier les exemples, jusqu’à l’album Black Sabbath, et la chanson The Wizard, l’histoire d’un sorcier qui apporte la paix et combat les forces du mal. Un classique, certes, mais Gandalf n’est évidemment pas bien loin. 

En 2005, le bassiste, Geezer Butler, expliquera qu’il avait bien le héros de Tolkien en tête en écrivant ce texte. 

La vidéo qui suit prolonge ces réflexions, en anglais (et bien qu’elle soit sponsorisée par Audible, ActuaLitté n’a pas été rémunéré pour la diffuser…), sur plusieurs autres groupes que Tolkien a pu fasciner. Y compris Genesis…
 

Si George Martin aime tuer ses personnages,
c’est la faute de Tolkien

Pour exemple, les Beatles que l’on ne qualifierait pas de plus tolkienesques des groupes de rock, étaient pourtant des fans. Ils avaient même pris contact avec l’auteur, dans les années 60, pour réaliser une adaptation en film – sollicitant jusqu’à Stanley Kubrick pour la réalisation. 

L’idée était de donner le rôle de Gollum à John Lenon, Paul McCartney aurait incarné Frodon, quand Ringo Starr aurait joué Sam. Et George Harrison, Gandalf. Tolkien n’aura jamais donné suite…

À suivre…
 

Source

Un nouvel anime Ghost in the shell débarquera sur Netflix en 2020
L'Angleterre arrêtera-t-elle de taxer les livres numériques ?