J.K. Rowling indignée après l’attaque d’une librairie à Londres

imprimer

Outre-Manche, l’attaque d’une librairie londonienne inquiète : le samedi 4 août dernier, un groupe d’individus est entré chez Bookmarks Bookshop, sur Bloomsbury Street, en proférant des menaces à l’encontre du personnel et en renversant des livres. Aucun blessé n’est à déplorer, mais un tel comportement indigne au plus haut point. Ou le traitement de l’événement, que J.K. Rowling épingle sur Twitter.

Bookmarks

(secretlondon123, CC BY-SA 2.0)

 

L’attaque de la librairie londonienne, affiliée au Parti socialiste des travailleurs, parti politique britannique d’extrême gauche, a soulevé l’indignation de nombreuses personnes, dans le monde entier. Un groupe d’une douzaine d’individus a fait irruption dans la boutique samedi soir, affublé de casquettes « Make Britain Great Again » et d’un masque de Donald Trump.

Vraisemblablement sortis d’une manifestation contre les sanctions à l’encontre d’un site connu pour ses diffusions de fake news, les individus ont pris à parti les employés de la librairie et dérangé les rayonnages, jetant des livres et des magazines au sol. Heureusement, aucun blessé n’est à déplorer. 

Après enquête, il s’est avéré qu’au moins deux personnes du groupe étaient affiliées au parti nationaliste d’extrême droite UKIP, qui a annoncé quelques heures plus tard que les deux individus avaient été exclus de ses rangs suite à leur participation aux événements. Outre-Manche, de nombreux commentateurs ainsi que des représentants politiques ont vu dans cette attaque le signe d’une résurgence des comportements haineux, nationalistes et populistes.

Sur Twitter, J.K. Rowling, auteure de la saga Harry Potter, avait déjà retweeté un article du Bookseller qui évoquait les événements et citait les propos du directeur de Bookmarks Bookshop : « Les nazis ont ciblé les livres parce qu’ils savaient à quel point les idées radicales étaient importantes pour lutter contre le racisme et le fascisme. La même chose est vraie aujourd’hui et c’est pourquoi nous devons montrer que nous ne serons pas intimidés », avait déclaré Dave Gilchrist.

Dans un autre tweet, qui citait cette fois un article de la BBC, Rowling critique ouvertement le titre de ce dernier, qui évoque une « manifestation » dans la librairie. « Ce n’était pas une “manifestation”, c’était une attaque, et si ces personnes avaient eu la peau mate on les aurait désignées comme des terroristes », commente Rowling.

 


 

Aidez un nationaliste, envoyez-lui
un colis de livres

 

La librairie Bookmarks Bookshop est devenue le symbole de la lutte contre le racisme et le fascisme, mais a également joué un rôle dans la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et dans le combat contre l’homophobie, un sujet sur lequel Rowling s’est déjà exprimé. L’auteure a également critiqué à plusieurs reprises les mouvements nationalistes, notamment en Écosse.

Sur Facebook, Bookmarks Bookshop a indiqué avoir reçu un soutien « phénoménal » du monde entier, « de Honolulu à Helsinski ». Ces 11 et 12 août, la librairie avait organisé un week-end de solidarité, pour se retrouver et montrer son indignation après les événements de la semaine passée.
 


Source

Resident Evil : le clavier qui donne envie de mordre
Les Ensablés - "Nêne" d'Ernest Pérochon