La rentrée littéraire Métailié : paysages de la rédemption

imprimer

C’est Anne-Marie Métailié, fondatrice de la maison éponyme, qui a pris la parole pour présenter sa rentrée aux libraires, lors du rendez-vous donné à la maison de l’Amérique Latine. Et si l’Amérique du Sud sera représentée par deux ouvrages, ce sont des écrivains écossais qui signent les deux autres titres majeurs de la rentrée.

Kate Lamberts, étudiante en deuil du père, entretenant une relation compliquée avec Laurits, universitaire du département d’études cinématographiques, sombre lentement dans l’alcoolisme : au cours de l’un de ses vagues projets d’études, elle croise Jean. Qui va conclure avec elle un étrange marché : la vieille dame énergique et délicate lui racontera sa vie si elle abandonne son addiction.

L’amitié salvatrice entre ses deux femmes naîtra de ce récit traversant le XXeme siècle américain, entre deuils combats et engagements. A la manière d’un « 1001 nuits américaines », Le bruit du dégel de John Burnside est un texte « profond, beau, brumeux, apaisé et très tendre ».

 
 

José est conducteur de bus ; de son passé de paramilitaire il garde une violence sourde qu’il évacue entre les pubs et les stands de tir. Erasmo Aragon est prof d’espagnol, paranoïaque et furieux, obsédé, atrabilaire. Et va partir à Washington tenter d’élucider l’assassinat d’un poète. De ces deux personnages « désagréables, violents, antipathiques, cyniques, désabusés », Horacio Castellanos Moya se livre dans Moronga à une « attaque en règle de la société américaine » « en toute mauvaise foi » ; pour sa première incursion dans le cadre des Etats Unis, l’auteur salvadorien use d’une « écriture hypnotique ». Et son éditrice nous promet « un final extraordinaire ». On l’a fini, et on vous le confirme avec délectation.

 

Elles ont dix et douze ans. Elles sont soeurs. Elles fuient. Et vont aller se cacher dans les Highlands, à des kilomètres de tout être humain. La petite, irrésistible, pleine de vie, adore collectionner les gros mots, alors que la grande, à coups de vidéos sur Youtube et de lectures de manuels de survie, aménage avec force et courage leurs nouvelles conditions de vie, et va peu à peu dévoiler les ressorts épouvantables de cette fuite. Plongée dans cette vie sauvage vue avec des yeux d’enfants, « magnifiquement écrit », Mick Kitson a voulu écrire un livre « tel qu’il en voudrait pour ses élèves pour entrer en littérature ». Après la lecture du Manuel de survie à l’usage des jeunes filles on ne peut qu’approuver, et nous en reparlerons.

 

Rato travaille à New York dans une organisation humanitaire. Plongé depuis une trentaine d’années dans les conflits et les horreurs de la guerre, il va être envoyé au Moyen Orient pour effectuer le paiement de la rançon d’un otage mystérieux. Ce sera l’occasion de se pencher sur son propre passé, et de chercher à comprendre les ressorts d’une passion destructrice. Sympathie pour le démon, du brésilien Bernardo Carvalho, est selon l’éditrice « une analyse fascinante de la passion pour un homme qui va se révéler être un extraordinaire pervers narcissique. »

à paraître 23/08

John Burnside, trad. Catherine Richard Mas – Le bruit du dégel – Editions Métailié – 9781022607971 – 22 €

Horacio Catellanos Moya, trad. René Solis – Moronga – Editions Métailié – 9791022607940 – 22 €

à paraître 30/08

Mick Kitson, trad. Céline Schwaller – Manuel de survie à l’usage des jeunes filles – Editions Métailié – 979102260800-8 – 18 €

à paraître 06/09

Bernardo Carvalho, trad. Danielle Schramm – Sympathie pour le démon – Editions Métailié – 9791022608039 – 19 €

Rentrée littéraire 2018 : les fashion week libraire

Source

À deux jours du Festival du livre d'Édimbourg, des auteurs restent sans visa
Le plus ancien manuscrit de Champlain sorti des archives de la BnF