Le Liban a de nouveau une bibliothèque nationale

Bibliotheque2520nationale2520liban 1

Quarante-deux ans après sa fermeture, le Liban célèbre la réouverture de sa bibliothèque nationale, financée avec l’aide du Qatar. L’institution, terminée en 2017 après 6 années de travaux, abrite désormais 300.000 documents et tourne une page difficile de la conservation patrimoniale libanaise, interrompue après la guerre civile en 1975.

Depuis 2006, le bâtiment de l’ancienne Faculté de droit de l’Université libanaise à Sanayeh avait été alloué pour abriter la bibliothèque nationale du Liban, en attendant le début des travaux, en 2011. Cofinancée par l’émirat du Qatar (qui a versé 25 millions $), la rénovation du bâtiment, mais aussi sa transformation pour assurer la conservation des quelque 300.000 documents, a été terminée en septembre 2017.

Malgré les quelques années de retard — l’inauguration devait avoir lieu en 2014, à l’origine —, la réouverture de la bibliothèque nationale libanaise vient mettre un terme attendu à des décennies d’incertitude et de mise en danger du patrimoine.

Située à l’origine place de l’Étoile, à Beyrouth, la bibliothèque nationale du Liban sera mise à mal lors de la guerre civile qui éclate en 1975. Les documents qu’elle renferme sont dispersés, certains transférés au ministère de la Culture, dans des bâtiments et des conditions loin d’être adaptés à la conservation patrimoniale, comme le rappelle France 24.

C’est en 1999 que le projet de renaissance de la bibliothèque nationale du Liban démarre, mais différents aléas retarderont son exécution, malgré l’investissement de la Bibliothèque nationale de France et de l’Union européenne. Aujourd’hui encore, l’ouverture est surtout un événement médiatique et politique : en réalité, le bâtiment n’accueille pas encore de visiteurs ni de chercheurs.

À l’heure de sa réouverture, les polémiques n’ont pas disparu : Gérard Khatchérian, président du projet de renaissance de 2002 à 2018, a démissionné en début d’année pour s’opposer à des décisions gouvernementales, et critique dans L’Orient Le Jour la tournure des événements.

« Aux mois de mars et avril 2018, le gouvernement annonçait la nomination d’un président directeur général et des six membres du conseil d’administration de la BN. Ce conseil, à une exception près, n’étant formé ni de bibliothécaires, ni même de gens des métiers du livre tel que le stipule la loi, on peut s’interroger sur sa capacité à comprendre les besoins de cette institution, à concevoir le plan de travail colossal qui s’impose et à prendre les initiatives pour l’exécuter conformément aux normes requises », indique-t-il.

Source

Saison 8 de Game of Thrones : tout ce que dévoile la bande annonce
Les Ensablés - "Les eaux mêlées" de Roger Ikor (1912-1986)