Les auteurs sont en danger, et Mickey est déjà mort

Les auteurs sont en danger, et Mickey est déjà mort

imprimer

Ce 21 juin, les organisations d’auteurs doivent rencontrer l’ACOSS, (Agence centrale des organismes de sécurité sociale), la Direction de la Sécurité sociale et les services du Ministère de la Culture. Un rendez-vous particulièrement important pour les artistes auteurs, où sera évoqué leur régime social… 

(Alice Barigelli, CC BY 2.0)

 

Il y aura du monde au métro Palais Royal, ce 21 juin, à 11h30 : alors que les représentants des artistes-auteurs seront en réunion – et que la ministre, Françoise Nyssen, sera en déplacement « en région à l’occasion de la Fête de la Musique » – une manifestation est prévue. 

« Simplifier et améliorer notre régime social : oui ! Le déstructurer sans concertation : non ! » Slogan simple et efficace, revendication limpide… Après tout, ce matin-même, sur Europe 1, Joann Sfar tentait, une fois de plus, de faire passer le message. 

« En ce moment, il y a de plus en plus d’auteurs qui quittent le métier, car, aujourd’hui, c’est en train de devenir impossible de vivre de ses droits d’auteur », affirmait le dessinateur. 

Et de pointer, non sans humour : « Cela fait trois quinquennats successifs que l’on appelle “au secours” le ministère de la Culture et de la Santé. Ils n’arrivent pas à se mettre d’accord et ne nous aident pas. La réponse que l’on nous donne c’est : “Demandez plus d’argent à vos éditeurs”, comme si nous n’y avions pas pensé, ou “Fais un autre métier à côté”. » 

Sur le statut social des artistes-auteurs, on disposera d’une mine de renseignements à cette adresse. On pourra prendre conscience de ce que le régime de la sécurité sociale est passablement catastrophique, et que sans l’intervention de la présidence, cela ne serait que pire. 

Les agents avec les auteurs
 

Le Syndicat Français des Agents artistiques et littéraires vient également d’apporter son soutien plein et entier : « La France, un des pays phares du droit d’auteur, entend-on souvent dire. Si c’est historiquement vrai, est-ce toujours le cas ? La situation des auteurs est loin d’être enviable. La plupart vivent en situation de précarité et leur situation, loin de s’améliorer, se dégrade. »

Les auteurs ne sont plus « au centre des discussions sur le droit d’auteur », et en sont même souvent écartés. La mobilisation de ce 21 juin sera l’un des mouvements à suivre, dans la continuité de #PayeTonAuteur, qui était parti du refus formulé par Livre Paris de rémunérer les auteurs pour leurs interventions. 

Et le SFAAL de poursuivre : « Les agents littéraires, partenaires privilégiés des auteurs, sont donc mobilisés à leurs côtés et apporteront leur soutien dans ces travaux. À ce titre, il nous apparaît particulièrement important que les spécificités de cette activité artistique, culturelle, informative et scientifique soient davantage prises en compte dans les ambitieuses réformes sociales que notre pays entreprend en ce moment. »

En attendant, on a pu voir fleurir sur les réseaux des Mickey Morts, rien de bien étonnant : à l’initiative du Collectif Artistes Auteurs, pour dénoncer la situation, les dessinateurs étaient invités à partager leur création.

Source: cliquez ici pour lire l’article

Aucun de nous ne reviendra emporte le Grand Prix du livre audio 2018
10 livres pour commencer la philo

Voir aussi

Partager sur: