Les livres de la rentrée littéraire à lire, selon les auteurs qui la font

Scribadour.com

imprimer

Parmi les premiers salons de la rentrée littéraire, le Livre sur la Place, à Nancy, est l’occasion de prendre le pouls de l’actualité littéraire, au plus proche de ceux qui la font. De dédicaces en débats, ou même au détour d’une rue de la cité ducale, nous avons interrogé les auteurs et autrices présents à Nancy pour savoir quel était le roman incontournable à leurs yeux, de la rentrée ou non.

Le Livre sur la Place 2018 à Nancy

Le Livre sur la Place à Nancy, vendredi 7 septembre 
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

Pour Romain Slocombe, qui publie Sadorski et l’ange du péché chez Robert Laffont : Nicolas Mathieu, Leurs enfants après eux, Actes Sud.

Pour Jean-Paul Didierlaurent, qui publie La Fissure aux éditions Au diable vauvert : Valérie Perrin, Changer l’eau des fleurs, Albin Michel, et 4321, Paul Auster, Actes Sud, traduit par Gérard Meudal.

Pour Patrick Rambaud, qui publie Quand Dieu apprenait le dessin chez Grasset et Les aventures de Mai chez Grasset/Le Monde : Thomas B. Reverdy, L’hiver du mécontentement, Flammarion, et Éric Vuillard, Tristesse de la terre, Actes Sud.

Pour Émilie de Turckheim, qui publie Le Prince à la petite tasse chez Calmann-Lévy : Agnès Desarthe, La Chance de leur vie, aux Éditions de l’Olivier. « Des questions très rarement abordées en littérature, ici celle de la ménopause, mais comme d’habitude maitrisées par Agnès Desarthe. »

Le Livre sur la Place 2018 à Nancy

Émilie de Turckheim (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

Pour Éric-Emmanuel Schmitt, qui publie Madame Pylinska et le Secret de Chopin chez Albin Michel : Adeline Dieudonné, La vraie vie, L’iconoclaste, pour « le contraste remarquable entre l’atrocité de ce que le livre raconte et la légèreté du ton ».

Pour Paule Constant, qui publie Des chauves-souris, des singes et des hommes chez Folio : David Diop pour Frère d’âme, au Seuil, Tobie Nathan pour L’Évangile selon Youri, chez Stock, mais « j’en ai bien 50 autres que je pourrais citer ».

Pour Guy Boley, qui publie Quand Dieu boxait en amateur, chez Grasset : l’oeuvre de Christian Boltanski, « qui explore des sujets qui m’intéressent moi-même » et Timothée de Fombelle pour Neverland, L’iconoclaste.

Le Livre sur la Place 2018 à Nancy

Éric-Emmanuel Schmitt en conversation avec Philippe Claudel
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

Pour Nicolas Mathieu, qui publie Leurs enfants après eux chez Actes Sud : Maria Pourchet pour Toutes les femmes sauf une, Fayard, « le récit incandescent d’une jeune femme qui vient d’accoucher et qui décrit comme l’aliénation se transmet d’une femme à l’autre au sein d’une famille ».

Pour Adeline Dieudonné, qui publie La vraie vie chez L’iconoclaste : Thomas Gunzig pour La vie sauvage, aux éditions Au diable vauvert, « un maître pour moi, qui n’est pas assez justement reconnu ».

Le Livre sur la Place de Nancy 2018

Adeline Dieudonné (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

Pour Antonin Varenne, qui publie La Toile du monde chez Albin Michel : François Roux pour Fracking, aux éditions Albin Michel.

Pour Julie Estève, qui publie Simple, chez Stock : Olivia de Lamberterie pour Avec toutes mes sympathies, aux éditions Stock, et Fief, de David Lopez, au Seuil.

Pour Samuel Benchetrit, qui publie Reviens chez Grasset : Vanessa Schneider pour Tu t’appelais Maria Schneider, chez Grasset.

Le Livre sur la Place de Nancy 2018

Samuel Benchetrit (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 

Pour Dany Laferrière, qui publie Autoportrait de Paris avec chat chez Grasset : Alain Mabanckou pour Les Cigognes sont immortelles, au Seuil, et Quatre-vingt-dix secondes, de Daniel Picouly, chez Albin Michel.

Pour François Roux, qui publie Fracking chez Albin Michel : Antonin Varenne pour Le Mur, le Kabyle et le Marin aux Éditions Viviane Hamy.

Le Livre sur la Place de Nancy 2018

Alain Mabanckou (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

Pour Vanessa Schneider, qui publie Tu t’appelais Maria Schneider chez Grasset : Serge Joncour pour Chien-Loup, chez Flammarion, Samuel Benchetrit pour Reviens chez Grasset, Olivia de Lamberterie pour Avec toutes mes sympathies, aux éditions Stock, et Nina Bouraoui pour Tous les hommes désirent naturellement savoir chez JC Lattès.

Pour Pauline Delabroy-Allard, qui publie Ça raconte Sarah aux éditions de Minuit : Jean-Michel Espitallier pour La Première Année aux éditions Inculte.

 

Rentrée littéraire 2018 : les fashion weeks du libraire

Source

Europe 1 Studio : la radio se lance dans la création de livres audio
Bibliothèque LSD, parkings à livres, Mein Kampf : le Graal du livre (vol.7)