Plein les poches : famille(s) de merde ! – famille quand même

Plein les poches : famille(s) de merde ! – famille quand même

imprimer

Des heures durant, à l’occasion d’un repas où la tablée des petits cousins et des arrières grand-tantes donnerait le vertige… on se répète, méthodiquement qu’on échangerait bien sa fratrie pour n’importe quelle autre. Ce que l’on ignore, c’est que celle des autres est possiblement pire !

 

Cette semaine, dans Plein les poches, on parle de famille. Si, si…

Plein les poches : famille(s) de merde
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

Qui n’a pas rêvé un instant en regardant l’un de ces minibus Wolskwagen, d’aventures, de voyages, d’exotisme… Luna, Luca, et leur mère Serena n’auront pas le bonheur d’un pareil trajet, mais n’en demeurent pas moins à la recherche d’évasion. Chacun à sa manière. 

Luca, fils aîné, est adoré de chacun. Luna, un peu naïve et crédule, voudrait des choses fortes. Serena a eu ses enfants avec un homme mystérieux… Une famille heureuse, en Toscane, presque une carte postale. Et puis, l’arrivée de Zot, orphelin, originaire de Tchernobyl, ou bien Sandro, une quarantaine d’années, qui va tomber amoureux de Serena… D’où viennent les vagues, quel secret ! Et comment, de rencontre en rencontre, on finit par ouvrir son cercle à l’autre, conquis et amusé…

 

Dans un hiver glacial, où se meurt Gambin, dictateur avide de son pouvoir, le royaume de Cherek est en attente. Tant que l’homme n’aura pas nommé son successeur, alors ce monde néo-féodal n’aura nulle part où aller. Les candidats ne manquent pas ; les conspirations non plus d’ailleurs. Beaucoup d’appelés, peu d’élus pour le poste… Famille, je vous hais.

Dans cet univers aux accents steampunk – on retrouve des machines à vapeur, un télégraphe et d’autres appareils d’une technologie poussée –, il faudra prendre garde à là où l’on ourdit ses trames. Et dans quelle oreille, qu’il faudra trancher, tombent les secrets. L’épée de l‘hiver est délectable, et vraiment prenant. 

 

Plus vraiment besoin de présenter Sofi Oksanen – romancière finno-estonienne découverte par Stock. Norma Ross vient de perdre sa mère – et amie confidente la plus proche. Un suicide, semble-t-il. Et tâchant de découvrir la vérité sur cette mort violente, elle se trouve confrontée au clan Lambert. Déjà à l’enterrement, un certain Max Lambert l’avait étrangement abordée…

Norma a un don – voire une malédiction, c’est selon. Elle perçoit les odeurs au point de détecter les mensonges et de communiquer avec les morts. En fonction des circonstances. Embauchée dans le salon de coiffure où travaillait sa mère, elle va découvrir la réalité sur cette étrange famille, les Lambert…

 

Restons dans les suicides. Celui de Vivien. Et de sa mère Rose qui, après la mort de sa fille (oui, oui, sa fille), survit, totalement dévastée. Pourtant, difficile d’accepter une telle mort : tout semblait sourire à sa fille, amour, jusque dans sa délicate maison londonienne…

Dans sa volonté de comprendre, la mère va déranger et déterrer quelques secrets, tournant autour de cet inexplicable suicide. D’ailleurs, le médecin de Vivien nourrissait lui-même de réelles inquiétudes. Pour son deuxième thriller, Luana Lewis joue, s’amuse et nous bouscule. Obsessions a rarement aussi bien porté son nom.

 

Bon, Douglas Coupland est une valeur sûre, pas de doute. Quand le romancier s’en prend à l’industrie pharmaceutique, on peut s’attendre à des pilules de bonheur. Sarah Drummond-Fournier s’apprête à décoller dans une navette que lance la NASA. Astronaute, femme, elle est née avec une seule main, du fait d’un traitement que sa mère a pris durant la grossesse. Et qu’elle reprend maintenant du fait des problèmes à la bouche causés par le SIDA.

Peut-on faire mieux ? Assurément : toute la famille réunie avant le grand saut dans l’espace finira bien par s’entretuer avant le plat principal. Surtout que chacun va avoir son petit grain de sel à apporter au repas. Toutes les familles sont psychotiques : si vous en doutiez, alors voici la preuve.

 

Fabio Genovesi, trad Nathalie Bauer – D’où viennent les vagues – 10-18 – 9782264071057 – 8,80 €

Douglas Coupland, trad. Maryvonne Ssossé – Toutes les familles sont psychotiques – Folio – 9782072764523 – 8,30 €

Luana Lewis, trad. Arnaud Baignot – Obsessions – Points – 9782757870068 – 7,80 €

Sofi Oksanen, trad. Sébastien Cagnoli – Norma Norma Feuilleter Norma – Livre de poche – 9782253071532 – 8,20 €

Marta Randall, trad. Nathalie Serval – L’épée de l’hiver – Folio SF – 9782072700965 – 8,30 €
 

Retrouver chaque semaine la sélection Plein les poches, lectures et livres à petits prix 

  

Source: cliquez ici pour lire l’article

Gilles Haéri devient directeur général des éditions Albin Michel
Cause du décès ? Lecture de livres empoisonnés

Voir aussi

Partager sur: