UK : un droit de prêt pour ebook et audiobook qui rémunère les auteurs

UK : un droit de prêt pour ebook et audiobook qui rémunère les auteurs

imprimer

Le gouvernement britannique vient d’annoncer qu’il étendait le droit de prêt public aux livres numériques. Le fonds public qui est en effet reversé aux auteurs pour le prêt gratuit de leurs ouvrages est désormais actif pour le pendant numérique. Cette décision de Michael Ellis fait avancer le dossier d’un grand pas.

Kobo Aura One
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

À compter du 1er juillet, le Public Lending Right couvrira donc les livres numériques, ainsi que les livres audio en format numérique, que prêtent les bibliothèques publiques du Royaume-Uni. Michael Ellis, du département numérique, culture, média et sports souhaite ainsi marquer d’une pierre blanche l’avenir des écrivains. 

Une hausse considérablement du nombre de prêts
 

En effet, ce changement signifie que ces derniers seront rémunérés pour le prêt de leurs ebooks comme ils peuvent l’être pour les versions papier. 

Le gouvernement britannique prend en considération que le prêt d’ouvrage en format numérique a sérieusement augmenté au cours de ces six dernières années. Pour la seule année 2017, on compte que 6,75 millions de titres ont ainsi été empruntés, contre, seulement, 750.000 en 2011/2012. 

Les propositions de l’ABF pour le numérique
en bibliothèques

 

Le Royaume-Uni est l’un des premiers pays à étendre son modèle de compensation pour les bibliothèques – le fait est assez remarquable, alors que se tient en France le Congrès de l’Association des Bibliothécaires de France.

L’ABF plaide en effet en faveur d’un dispositif qui mette en place un modèle de prêt semblable à celui en vigueur pour les ouvrages papier – et pas uniquement la solution Prêt Numérique en Bibliothèque, bien plus coûteuse.

Améliorer les revenus des auteurs
 

« Cette législation remplit un engagement manifeste et reconnaît l’importante hausse du prêt numérique. En prolongeant le programme, nous veillons à ce que les auteurs soient correctement rémunérés, alors que l’industrie du livre numérique continuera de croître à l’avenir », a indiqué Michael Ellis.

Tom Holland, président du comité PLR, ajoute qu’il s’agit là d’une excellente nouvelle. Le gouvernement prend en effet la mesure des nécessités pour les auteurs d’une juste rémunération. « Cela profitera énormément aux auteurs, qui sont pleinement conscients de ce que les livres imprimés de nos jours ne sont plus l’unique moyen d’atteindre les lecteurs. »

Géré par la British Library, le système de droit de prêt génère chaque année plus de 6 millions £ de reversement, auprès de 22.000 auteurs, illustrateurs, photographes, traducteurs et ayants droit.
 

Le droit de prêt numérique, grand absent du rapport Orsenna

Dans un communiqué, la Society of Authors salue cette volonté politique comme une grande nouvelle, et « une source de revenus vitale pour de nombreux auteurs ». Ajoutant qu’il est « juste que les mêmes règles s’appliquent au prêt numérique et au prêt de livres physiques ». 

Tous les prêts numériques seront donc pris en compte pour 2018-2019. « Cette décision fait suite à de nombreuses années de lobbying et de campagne aux côtés des auteurs, des libraires, des bibliothèques, des agents et des éditeurs. Tout ce travail a finalement porté ses fruits et je sais que les auteurs seront ravis de cette nouvelle », indique Nicola Solomon, directrice générale de la SoA. 
 

Source: cliquez ici pour lire l’article

Fric et Fracas, le 21e Festival International du Roman Noir arrive
Des insoupçonnables vertus du jus d'endives...

Voir aussi

Partager sur: