Un manipulateur de classement Kindle sommé de dédommager Amazon

Scribadour.com

imprimer

Le système d’autoédition proposé par Amazon ne profite pas qu’aux auteurs : toute une galaxie d’entrepreneurs et de sociétés plus ou moins bien intentionnés propose des services complémentaires autour de Kindle Direct Publishing. FreeBookService invitait ainsi les auteurs à verser quelques dollars pour voir leurs livres propulsés en haut des classements de vente Kindle… Amazon vient d’obtenir 75.000 $ de l’un d’entre eux, en guise de dédommagement.

Good friday

(photo d’illustration, Tim RT, CC BY-ND 2.0)

 

Une affaire en arbitrage devant un juge fédéral de Seattle a tourné en faveur d’Amazon, qui s’est vu remettre 75.000 $ par Thomas Glenn, résident de République dominicaine et créateur du site FreeBookService. Ce dernier affiche, sur sa page d’accueil, la promesse de faire « exploser le classement de votre livre dans les 24 à 48 heures ou de récupérer votre argent ».

En effet, l’activité de la société de Glenn n’est autre que la manipulation des chiffres et des algorithmes de classement du service Kindle Direct Publishing d’Amazon. Moyennant finances, il s’assurait que quelques achats et autres commentaires positifs fassent remonter le livre dans le top des ventes Kindle. 

Ce faisant, Thomas Glenn est allé à l’encontre des conditions d’utilisation du service, a assuré Amazon lors de l’audience, et « a utilisé ce système pour profiter d’une manipulation et décevoir les clients d’Amazon quant à la véracité des best-sellers d’Amazon ». Le site de Glenn assurait pourtant qu’il était totalement en règle avec les conditions générales d’utilisation de Kindle Direct Publishing.

Selon les avocats d’Amazon, qui citent des informations du site PayPal par lequel transitaient les transactions, le site aurait récolté près de 800.000 $ à l’aide de ses activités.

Amazon tente de faire le ménage dans
les arnaques de Kindle Unlimited

Selon GeekWire, Thomas Glenn n’a pas participé aux audiences, et Amazon a réclamé que ses services lui soient désormais interdits par une décision de la Cour.

La plainte complète pourra être consultée ci-dessous.
 

Source

Sybille de Gastines directrice de la communication de l’Institut de France
15e édition du Salon du Livre de Gastronomie en France